⚡️Vulvodynie⚡️

Y’a un épisode de Sex and The City où la gynécologue de Charlotte lui apprend qu’elle souffre de vulvodynie et lui prescrit des anti-dépresseurs pour soigner ça, en clarifiant que les anti-dépresseurs ne sont pas pour elle mais pour son vagin! Ça veut tout dire non? Et j’ai eu exactement la même expérience de vagin déprimé, où la gynéco qui m’avait diagnostiquée à l’époque, m’avait prescrit des anti-dépresseurs pour me soulager de mes symptômes physiques alors que mentalement je me sentais (il me semblait) très bien! Dans The Shadow Side of Pain on s’interroge sur la manière dont un stress mental peut s’exprimer de manière physique. Ça nous aide à mieux comprendre comment notre corps, notre esprit et nos émotions refoulées sont connectés. Mon expérience avec la vulvodynie est un exemple CRIANT.

Je vais parler des symptômes un peu quand même, même si c’est pas hyper glam’. En gros y’a quelques années, j’avais mal à l’entrée du vagin, comme une tension en permanence mais avec une intensité variable. J’avais aussi en plus d’autres désagréments sympas qui un coup faisaient penser à une infection urinaire, un coup ressemblaient à une vaginose, un coup à une mycose etc…ça changeait tout le temps. J’ai fait plein de tests avec des médecins différents et jamais je ne suis sortie avec un résultat positif aux infections, ou IST ou quoique ce soit. En gros j’avais mal, pour rien!

Après avoir vu plein de médecins différents, j’ai fini par tomber sur une super gynéco qui m’a expliquée en m’auscultant que quand elle appuyait à un même endroit parfois je hurlais, parfois je sentais rien du tout, et ce à quelques secondes d’intervalles! Elle m’a dit :”Je sais que ta douleur est réelle, mais d’un point de vue physique, moi en tant que docteur, je ne vois rien! Tu as ce qu’on appelle une vulvodynie” . Sur le coup j’ai éprouvé une grosse résistance à son diagnostic, genre “What? Mais elle est en train de me dire que c’est psychosomatique! Mais j’ai pas ça moi, c’est pas possible!” 😤

Elle m’a donné une fiche d’information sur la vulvodynie et je suis rentrée chez moi. En lisant la feuille, j’ai reconnu mes symptômes et leur nature changeante, ça m’a aidée à accepter le diagnostic, même si j’étais pas super jouasse à l’idée de repartir avec des anti-dépresseurs. J’en parle à un copain au téléphone (David si tu me lis 😙) qui me dit “Mais t’es sûre que ça a pas un rapport avec ton ex?” …😳…les larmes me montent aux yeux direct, je sens qu’il a fait mouche. Je raccroche.

À la maison, je me mets en mode introspection. J’entame un dialogue avec moi même seule sur mon canapé. D’abord je me demande: “Qu’est-ce qui a changé dans ma vie depuis ma rupture?”. 3 choses:

  • J’avais des terreurs nocturnes la nuit, je me réveillais plusieurs fois par semaine en huuuuuurlant. Dans mes cauchemars des voleurs pénétraient chez moi. Après des années en couple, le retour à la vie seule était en fait une source d’angoisse dont je n’avais pas conscience car (en surface), je suis SUPER indépendente, j’ADORE vivre seule, j’ai besoin de personne etc…mais mon inconscient lui à ce moment là, flippait.
  • J’avais développé une espèce de phobie très bizarre. (Ne me jugez pas! 😬) J’avais peur (vraiment peur!) en mettant mes bottes qu’il y ait une araignée cachée au fond (donc à l’intérieur) de mes chaussures.
  • Mes symptômes gynéco à l’entrée du vagin.

Je me suis demandée s’il y avait un rapport avec ces 3 phénomènes, et j’ai compris qu’ils étaient tous reliés aux thèmes de l’intimité, de la vulnérabilité, de la peur. En gros j’avais peur qu’un voleur/une araignée/un mec ou n’importe quoi me fasse mal en entrant dans mon intérieur/dans mon intimité! C’est trop ouf non?

Quand j’ai compris le rapport et ce qui se passait en moi, j’ai pleuré et pleuré, j’ai accepté ma peur et ma vulnérabilité. Ma vulvodynie a disparue SUR LE COUP! Pouf! Envolée! Elle est revenue un peu quand quelques années plus tard j’ai laissé quelqu’un de nouveau rentrer dans ma vie mais grâce à mon expérience j’étais armée pour comprendre ce qui se passait, et j’ai pu me guérir en validant et en exprimant ma peur. Aujourd’hui j’ai zéro problème à ce niveau là, mon vagin n’est plus jamais déprimé! 🌈☀️

Vous voyez que ça vaut le coup d’avoir une discussion honnête avec soi même?

❤️Grâce à ma vulvodynie j’ai appris à m’accepter toute entière quand je flanche, quand j’ai peur, quand je trouve que c’est dur la vie. Il était important pour moi de m’autoriser à être moins forte que je ne voulais paraître. Quand on arrête de vivre comme on a envie d’être perçu, il y a un vrai soulagement car on ne se bat plus contre soi-même et de l’acceptation nait la résilience. 🦋

📖 Article du Huffington Post sur la vulvodynie.

📺 Episode de Sex and The City en anglais, la consultation de Charlotte c’est EXACTEMENT mon vécu. Désolée j’ai pas trouvé de version en français.

☝️Selon mon expérience, ma vulvodynie était clairement causée par des émotions refoulées et peut être même par un traumatisme passé. Si ce témoignage vous parle, consultez toujours un docteur en premier pour être sûre que vous n’ayez rien de grave. En parallèle ça ne coûte rien de prendre le temps de se connecter à soi et de se demander sans jugement “Comment est ce que je me sens vraiment dans ma vie?”

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google photo

You are commenting using your Google account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s