⚡️Hysterical blindness/conversion disorder, stabbing back pain⚡️

“At the peak of the estrangement with my mother we had a screaming phone call and I woke up the next morning with my back “out.” I had what I called “my knife,” a stabbing pain mostly in my left SI joint”

The story you’re about to read is a story of survival, a story of truth. I thank our contributor for sharing it with us.

“In May of 2013, I started experiencing extreme soreness in/on my hips. At this point in my life I was happily married, the mother of a wonderful 8 year old girl, I had my own business in organic skincare and was a daily practice yogi of about 8 years. I also had a history of anxiety and depression, a traumatic childhood, I was a perfectionist, a people pleaser, a worrier, a self loather and I was in the midst of my third estrangement from my narcissistic mother.

I remember having my first panic attack at 12, on the heels of my parents divorce. As a child I was responsible for my younger brother most days and on this day I was staying home from school with him while he was sick. During my panic attack that day, I lost all vision and was taken to the Dr. while I screamed and cried in terror. I was given a sedative and when I woke I had a headache and since then I have learned it was called “hysterical blindness*” I continued to struggle with panic and vision disturbance for the next 30 years. As a child, teen and adult I also had depression, numbness, stomach upset, back pain, knee pain, wrist pain, insomnia, ringing ears…all TMS**. I treated these symptoms physically, always. Doctors, medications, rest, physical therapy, chiropractors, massage, braces etc. 

In 2013 I was at the height of both personal pressure (motherhood, small business, marriage, family problems) and I was at the top of my game physically due to my very intense daily yoga practice. As my pain increased, I became more and more terrified of losing my practice as this had become my most effective method of controlling my emotional and physical symptoms. At the peak of the estrangement with my mother we had a screaming phone call and I woke up the next morning with my back “out.” I had what I called “my knife,” a stabbing pain mostly in my left SI joint.  I never correlated it to our relationship or our fight. For the next two years I was in agony. I became so debilitated I lost almost everything I found important to me. I could not sit, drive, bike, exercise, cook, clean, work, dance or hardly move. I wore braces, took pills, my business closed briefly,  I had insomnia, my hair fell out, I lost 25 pounds, lost friends, and I was bedridden in between Doctors’ appointments. We spent about $25K trying to “fix” me. I had a million diagnoses, nothing worked.  I couldn’t hold my daughter, I couldn’t play with her, I was dependent on everyone, I was shattered. My world was a very small circle of those who stayed and cared for me and my family. Everyone else left. I was suicidal and I would beg my husband to take our child and leave. During that time my mother and I reconciled and she relished taking care of (and taking over) my life. I was too sick to do anything. I wasn’t living, I was existing.


In 2015 an friend gave me “Healing Back Pain” by Dr. Sarno. How dare she! How in the world would a book cure my back pain? I read a few pages and threw it across the room in disgust. During this time I had started listening to a lot of meditations for pain relief and attending workshops and meeting with a group about raising consciousness and healing your childhood.

It was during one workshop that I had physically thrashed and tantrumed with no pain during and after that I started to notice patterns. Certain people, places, experiences had an effect on my pain.

I decided to read the book from a different perspective. I had nothing else to lose or try anyway. I read the book in about 10 hours and hysterically cried, cheered, underlined, read aloud to my husband and generally freaked out. It all made sense. This was it. This was my diagnosis. This what what I had! After reading the book I had about a 50% decrease in my pain. If it didn’t happen to me, I wouldn’t believe it. But it did. I now know I had a “book cure”. 

So now I was on cloud 9 and OBSESSED with all things TMS because I want this gone and NOW. Well that’s not the way it works and I really had a whole lot ahead of me. I got hooked up with The Pain Psychology Center of Los Angeles and began sessions with my fantastic therapist, Christie. For the next two years I fired all my doctors who didn’t believe my diagnosis, threw out my braces, got off my medications, started moving again. If I thought my two years of pain were hard, I would have to say the first two of my recovery were harder. But they were so much better because I learned so much and I had so many wins.

I began speaking my truth, setting limits, actually healing my traumas emotionally rather than physically. I was like a child learning how to do everything again but with gentleness, slowness and kindness. I re-parented myself.

I can finally say at the age of 40 I learned how to love myself for the first time in my life. Little by little, my pain decreased. And it was slow. And I had flares. I still do. Of course there is one person who was not supportive of my process. I had to say goodbye to her 2 years ago to save myself. It is more painful emotionally than any physical pain I endured, but it is my truth. 


It’s been about 4 years in my recovery. The last year or so, I have either 10% of pain or no pain depending on my life circumstances. No life is pain free, but I am CHRONIC pain free. I live again! I dance, travel, drive, eat, bike, work, cook, clean, exercise, and I have the best friends and family in the world. I run around with my now teenage daughter who knows all about TMS. My husband never left. 


The next part of my recovery story is helping others and spreading the message. I talk very openly about my story with my community and now I’m starting to share it more globally. Expression vs. suppression. Love vs. fear.

My pain has taught me so much. It is my alarm signal. It is trying to keep me safe. It did keep me safe as a child, and now as an adult, I can keep myself safe. Thank you, pain. 

👩‍🏫 *Hysterical Blindness is now referred to as Conversion disorder or functional neurologic symptom disorder. According to Wikipedia “The term “conversion” has its origins in Freud’s doctrine that anxiety is “converted” into physical symptoms.”

📖 **The term TMS (or Mindbody Syndrome) has been coined by Dr John E. Sarno in his books Healing Back Pain and The Mindbody Prescription. The core concept of TMS is that repressed emotions (more specifically rage because it’s not acceptable in society to express it) is the underlying cause of most chronic illnesses. Reading her story and all the trauma that our contributor went through, we can understand why she would carry a tremendous amount of anger.

👨🏻‍⚕️👩🏿‍⚕️There is strong scientific evidence that supports the Mindbody connection and a growing number of health practitioners in the field. If you’re looking for a health professional who understands the influence of psychological factors on physical health, the following organisations may be of interest: Pain Psychology Center, SIRPA, PPDA, TMS wiki

⚡️Cécité hystérique/trouble de conversion, lombalgie chronique⚡️

“En pleine séparation d’avec ma mère, un jour nous nous sommes criées dessus au téléphone et le lendemain je me suis réveillée avec un mal de dos. J’avais dans le dos ce que j’appelais ‘mon couteau’ une douleur aiguë située principalement à gauche dans mon articulation sacro-iliaque 

L’histoire que vous êtes sur le point de lire est une histoire de survie, une histoire de vérité. Merci à l’autrice de partager son vécu avec nous. Le texte original est en anglais, et j’ai traduit en français comme j’ai pu.

“En 2013, j’ai commencé à ressentir des douleurs extrêmes au niveau des hanches. À ce moment là de ma vie j’étais heureuse dans mon couple, mère comblée d’une merveilleuse petite fille de 8 ans, je gérais mon entreprise de produits de soins bio et ça faisait 8 ans que je faisais du yoga quotidiennement. J’avais aussi des antécédents d’anxiété, de dépression, une enfance traumatique, j’étais perfectionniste, je faisais toujours passer les autres en premier, je m’inquiétais facilement, j’étais dure avec moi même et j’étais en train de me séparer pour la troisième fois de ma mère narcissique.

Je me rappelle avoir eu ma première crise de panique à 12 ans, juste après le divorce de mes parents. Enfant j’étais responsable de mon petit frère la plupart du temps et ce jour là au lieu d’aller à l’école j’ai du rester à la maison pour m’occuper de lui car il était malade. Pendant ma crise de panique, j’ai complètement perdu la vue, on m’a emmenée chez le docteur je criais et pleurais de terreur. On m’a donnée un sédatif et je me suis réveillée avec un mal de tête, c’est là que j’ai appris que ce qui m’était arrivée s’appelait Cécité hystérique*. Mes troubles de vision et crises de panique m’ont pourri la vie pendant les 30 ans qui suivirent. Enfant, ado et à l’âge adulte je souffrais aussi de dépression, d’engourdissements, de mal au ventre, de mal au dos, aux genoux et aux poignets, d’insomnies et d’acouphènes. Tous ces symptômes rentraient dans la catégorie des STM** (Syndromes de Tension Musculaire aussi appelés Interactions corps-esprit) . Mes traitements à l’époque focalisaient sur le physique, toujours: docteurs, medicaments, repos, thérapie physique, kiné, chiropracteurs, massages, port de ceinture lombaire…

En 2013 j’étais sous un maximum de pression à la fois d’un point de vue personnel (en étant mère, entrepreneuse, dans mon mariage, et avec des problèmes familiaux) et aussi au niveau physique à cause de mon entrainement de yoga intensif et quotidien. Au fur et à mesure que mes douleurs augmentaient, j’étais de plus en plus terrifiée d’avoir à arrêter le yoga car c’était pour moi la méthode la plus efficace pour contrôler mes symptômes émotionnels et physiques. En pleine séparation d’avec ma mère un jour nous nous sommes criées dessus au téléphone et le lendemain je me suis réveillée avec un mal de dos. J’avais dans le dos ce que j’appelais ‘mon couteau’ une douleur aiguë située principalement à gauche dans mon articulation sacro-iliaque. Je n’avais jamais fait le rapprochement entre mes symptômes et ma relation avec ma mère ou notre dispute.  Les 2 années suivantes, j’étais à l’agonie. J’étais devenue si affaiblie que j’ai failli perdre tout ce qui comptait pour moi. Je ne pouvais plus ni m’assoir, ni conduire, ni faire du vélo ou du sport, je ne pouvais plus cuisiner, ni nettoyer, ni travailler, ni danser, et je pouvais à peine bouger. Je portais des ceintures lombaires, prenais des médicaments, j’ai du fermer mon entreprise brièvement, j’avais des insomnies, j’ai perdu mes cheveux et j’ai maigri de 11 kilos, j’ai perdu des ami.e.s, et je restais alitée entre chaque rendez-vous chez le médecin. On a dépensé environ 25.000 dollars pour que j’aille mieux. J’ai eu un million de diagnostics différents, rien n’a marché. Je ne pouvais plus porter ma fille, ni jouer avec elle, j’étais dépendante de tout le monde, j’étais anéantie . Mon monde s’était réduit à un tout petit cercle de personnes qui étaient restées et s’occupaient de moi et de ma famille. Tous les autres sont partis. J’étais au bord du suicide, et je priais mon mari de prendre les enfants avec lui et de partir. À ce moment là ma mère et moi nous sommes réconciliées et elle savourait le fait de s’occuper de moi et (de prendre le contrôle) de ma vie. J’étais trop malade pour faire quoique ce soit, je ne vivais plus, je subsistais.

En 2015 une amie m’a donnée le livre “Guérir le mal de dos : une relation corps-esprit” du Dr Sarno. Comment osait-t-elle!? Comme si un livre pouvait me guérir de mon mal de dos? J’ai lu quelques pages et je l’ai jeté à travers la pièce écoeurée. À cette époque, j’avais commencé à écouter plein de méditations pour soulager la douleur et j’ai participé à des ateliers et groupes de soutien pour se sensibiliser et se guérir de son enfance.

Pendant un atelier où l’on nous encourageait à exprimer notre colère brute, je me suis complètement lâchée et je me suis défoulée de toutes mes forces sans ressentir aucune douleur physique ni pendant ni après. C’est là que j’ai commencé à remarquer des tendances: certaines personnes, certains endroits, certaines situations avaient un impact sur mes douleurs.

J’ai donc décidé de lire le livre avec un point de vue différent. Je n’avais rien à perdre et pour être honnête rien d’autre à essayer non plus. J’ai lu le livre en 10 heures et j’ai pleuré comme une hystérique, j’ai crié de joie, souligné le texte, lu à haute voix à mon mari et j’ai halluciné tout au long de la lecture. Tout est devenu limpide. C’était ça. C’était mon diagnostic. C’était ce que j’avais! Après avoir lu le livre, mes douleurs ont diminué de moitié. Si ça ne m’était pas arrivée en personne, je n’y aurais pas cru. Mais c’est arrivé. Comme d’autres lecteurs de Sarno à qui s’est arrivé, j’ai été guérie par simple lecture de son livre.

J’étais au 7ème ciel et complètement obsédée par tout ce qui touche aux STM** car je voulais que tout ça disparaisse DE SUITE. Mais en fait c’est pas comme ça que ça se passe et j’avais encore beaucoup à faire. On m’a mise en contact avec une clinique à Los Angeles qui s’appelle The Pain Psychology Center et j’ai commencé des séances avec Christie, une thérapeute géniale. Pendant les 2 années qui suivirent, j’ai viré tous mes médecins, j’ai balancé mes ceintures de soutien, j’ai arrêté les médicaments et j’ai commencé à bouger. Si mes 2 années passées dans la douleur physique étaient difficiles, je dois dire que mes 2 années de guérison étaient encore plus dures. Mais ça valait le coup car j’ai tant appris et tant progressé.

J’ai commencé à dire ce que je pense, à mettre des limites, à guérir mes traumatismes de manière émotionnelle, plutôt que physique. J’étais comme une enfant qui ré-apprenait à tout faire mais lentement avec douceur et gentillesse. Je me suis “reparentée”.

Je peux enfin dire qu’à l’âge de 40 ans j’ai appris à m’aimer pour qui je suis pour la première fois de ma vie. Petit à petit, mes douleurs ont diminué. C’était lent. Et j’avais encore des crises. J’en ai toujours. Bien sûr il restait une personne qui ne me soutenait pas pendant mes progrès. J’ai du lui dire au revoir il y a deux ans pour pouvoir vivre. C’était plus douloureux émotionnellement que toutes les douleur physiques que j’ai endurées, mais c’est ma vérité.


Ça fait maintenant 4 ans que je suis guérie. L’an dernier je n’éprouvais que 10% de mes douleurs ou rien du tout selon les jours. Aucune vie n’est denuée de douleur, mais je me suis libérée de ma douleur CHRONIQUE. Je peux vivre à nouveau! Je danse, je voyage, je conduis, je mange, je fais du vélo, je travaille, je cuisine, je fais le ménage, de l’exercice et j’ai les meilleur.e.s ami.e.s et la meilleure famille du monde. Je cours partout avec ma fille qui est maintenant adolescente et qui connait tout sur les STM. Mon mari ne m’a jamais quittée.


L’étape suivante de ma guérison est d’aider les autres et de faire passer le message. Je parle très ouvertement de ce qui m’est arrivée avec mes proches et maintenant je commence à raconter mon histoire au monde extérieur. L’expression comme arme contre la suppression. L’amour comme arme contre la peur.

Mon mal physique m’a tellement appris. C’est mon signal d’alarme. Il essaie de me protéger. Il m’a bien protégée enfant, mais maintenant que je suis adulte, je peux me protéger moi même. Merci à lui.”

👩‍🏫 *On appelle maintenant la cécité hystérique Trouble de conversion ou Trouble dissociatif de conversion. Selon Wikipedia “Le terme « conversion » obtient son origine de la doctrine de Freud disant que l’anxiété est « convertie » en symptômes physiques.

📖 **On doit le concept du STM (Syndrome de Tension Musculaire ou intéractions corps-esprit) au docteur américain Dr John E. Sarno . L’idée centrale du STM est que les émotions refoulées (particulièrement les colères très fortes car être fou de rage n’est pas accepté par la société) sont la cause sous-jacente de la plupart des maux chroniques. En lisant cette histoire, et tous les traumatismes que l’autrice a traversés on comprend bien pourquoi elle porte énormément de colère en elle.

👨🏻‍⚕️👩🏿‍⚕️Il y a de plus en plus d’arguments scientifiques qui soutiennent la théorie des intéraction corps-esprits ou STM et de plus en plus de professionnels de santé dans ce domaine. Si vous cherchez un.e thérapeute qui comprend l’influence de notre état psychologique sur notre santé physique, les organismes suivants pourraient vous intéresser, mais il faut parler anglais: Pain Psychology Center, SIRPA, PPDA, TMS wiki. Sinon, vous pouvez me contacter, je suis coach certifiée en train de suivre la formation SIRPA.

⚡️Back and neck pain⚡️

This is the story of Neal, in his own words:

“This image depicts my upper back and neck, particularly the right side, as being overcome and consumed by rust, robbing it of natural, easy function and movement. My spine appears as links of chain that will begin to break down and malfunction as it succumbs to the rust, turning me into a figure whose physical capabilities are restricted, like the Tin Man from ‘The Wizard of Oz’, when he is in desperate need of oil just so he can move again.

I lived with acute pain throughout my neck for around 11 years, following a physical assault that I could not have prepared for or defended myself against until it was already happening. As a child I experienced  repeated similar attacks from within my family and it is fair to say that a large portion of my formative years were spent in a state of heightened nervousness. Fearing for my safety and well-being became normality, tension within my body and mind were never far from the surface.

I firmly believe that the attack on me (at the age of 34) brought back a wave of tension that had been long forgotten, as though something that laid dormant within my soul had been released and spread through my body, finally settling in to a new home in my neck and back.   

After so many years and so many dollars spent seeking and trying a range of treatments to somehow reduce my pain my body responded (finally!) in the manner in which I truly thought it never would. I feel pretty much ‘normal’ these days thanks to physical treatment and my own mindfulness, although there remains, at times, some restriction and varying degrees of muscle tension. The rust returns but can be minimised, even banished, with the right set of tools. My body remains a work in progress to some extent, something that I can happily rely on now.”

📌In his testimony, Neal connects his pain with childhood trauma, and fear. The concept of memory also applies to the body. If our body remembers automatically how to ride a bike, how to ski, how to walk, how to scream, or run when in danger, our body can react with the same defence mechanism (tension/pain/unpleasant sensations) to a trigger that reminds us of a past traumatic (or scary) event. Our body stores information, our body remembers in order to protect us.


🤡 Stupid example, after getting really drunk on Lychee liqueur when I was 18, it took me yeeears to be able to eat the actual fruit without gagging! I even nearly spewed once on Christmas day because there were lychees in my fruit salad. Anyway…!

📚 For more information about the impact of trauma on the brain, the mind and the body, I would recommend this book: The Body Keeps the Score by Dr Bessel van der Kolk.

⚡️Mal au cou⚡️

Petite, j’ai le souvenir que ma mère avait mal au cou et maintenant de temps en temps, c’est mon tour. L’an dernier je me suis réveillée un matin et j’avais tellement mal que je ne pouvais plus lever la tête. La douleur me forçait à courber l’échine littéralement.

Je venais de traverser une épreuve super humiliante où j’avais tu et renié à contre-coeur, des valeurs hyper importantes à mes yeux. Tout ça par peur de causer des remous. Se soumettre aux autres pour éviter le conflit semble être une bonne idée sur le coup, mais en fait c’est une mort lente pour l’âme car on s’annihile en faisant ça. Et le conflit ne disparait même pas malgré ça! Ce serait trop simple! Non, le conflit est bien là, mais il s’est déplacé pour se loger en nous car nos actions ne sont pas en accord avec nos valeurs/nos besoins/nos limites/ce que nous dicte notre instinct…ce qui fait qu’on est nous…

Émotions cachées sous mon mal de cou:

😡 Colère ! Envers moi évidemment! Pour avoir trahi mes valeurs

😖 Honte ! Pour avoir été faible, pour m’être tue et aussi …

😨 Peur ! De ce qui peut se passer si un jour je décide de m’affirmer comme je le devrais ☠️.

Ce que j’ai appris grâce à mon mal de cou c’est que je ne peux plus voir le ciel quand j’ai la tête baissée.

La peur et donc la douleur se dissipent, si petit à petit j’essaie de :

  • poser une limite
  • dire non
  • m’affirmer, droite dans mes bottes…

…pour être enfin…moi même 🌟